Sous le soleil matinal, on visite enfin la ville de San Cristobal. Une boulangerie réputée nous a été conseillée la vieille par Maleine et Thibault. Bien sûr c'est un Français qui en est le patron. Un peu plus cher que d'habitudes (on trouve régulièrement des croissants à 7 pesos, soit 40 centimes d'euro), on se fait plaisir et on prend un bon petit déj'. Bon ya pas photo, ce n’est pas pour être chauvin, mais la gastronomie française c'est vraiment au top niveau et à force de manger des tacos et des tortas on commence à être en manque ^^ On, sait on est mal barré ! Une bonne assiette de fromage-charcuterie et une bonne bouteille de vin ne serait pas de refus. Un beaujolais ou un côte de Blaye ferait l'affaire, c'est vous dire !!! (petit clin d'oeil aux copains guyanais).

Le ventre plein et le moral au beau fixe, on se balade dans les rues, visite quelques chapelles et églises et on profite de l'ambiance dynamique de la ville. On ne compte pas le nombre de vendeurs ambulants, il y en a partout et ils vendent de tout ! Du petit bracelet en coton, aux ballons et jouets pour enfants, en passant par toute sorte de choses à manger, de l'artisanat local... Les cireurs de chaussures sont également en plein travail, tout comme les musiciens et chanteurs de rues.

Au détour d'une rue, on se retrouve en plein défilé de personnes déguisées puis s'ensuit des caballeros et leurs chevaux. On ne saura pas s'il s'agit d'une fête ou autre, mais dans tous les cas c'est sympa à voir.

En fin de matinée, on fait le marché d'artisanat ou l’on aurait bien aimé pouvoir faire quelques achats si on avait un peu plus de place dans les sacs. On finira par un grand marché alimentaire ou bizarrement l'envie d'acheter nous a quittée^^ Certains marchands disposent d'étales sur lesquels les fruits et légumes sont parfaitement rangés, d'autres ont disposé 3, 4 légumes sur une bâche à même le sol, la ou coulent les eaux pluviales polluées de la ville...

Au détour d'une ruelle on tombe sur les marchands de poulet sauf que les bettes sont encore vivantes et manipulées telles que des objets, ha ça, c'est clair la poule n'est pas un animal sacré ici !

San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas
San Cristobal de las Casas

La matinée est vite passée, l'après-midi on a fait à nouveau la route infernale vers Palenque cette fois-ci. Une fois arrivés, on retrouve la chaleur et la moiteur de la selva mexicaine.

Retour à l'accueil