...Mexico...
...Mexico...

On arrive le vendredi 11 en fin de soirée à Mexico. Mexico, une des plus grandes villes du monde et une des plus polluées. Heureusement dans les 20 millions d’habitants, on connait trois personnes : Luciano, Karolina et Maximus, qui nous ont invités chez eux. 

 

La petite famille rencontrée à Oaxaca, nous accueille à la mexicaine « Mi casa es tu casa »… 

 

Pour le repas du soir, direction les tacos, mais, tacos un peu particuliers. Luciano et Karolina ont pour objectif de nous faire gouter à la vraie gastronomie mexicaine de Mexico. Au menu, tacos à la cervelle, à la langue de boeuf, au cartilage, à la peau du crâne de boeuf, aux yeux… Bref, de l’authentique comme on l’aime !! Il faut prendre des forces, demain une grosse journée nous attend.

 

Le samedi, comme on ne commence pas une grosse journée sans un vrai petit déjeuner à la mexicaine, direction le marché. Jus local et grosse portion de spécialité mexicaine pour commencer la journée (on a oublié le nom, mais c’était très bon, galette de maïs, viande en sauce, fromages, patates…). Nos estomacs bien remplis (pour un matin), on prend le métro afin de visiter le centre-ville. On se baladera toute la journée dans la ville afin de visiter les différents monuments. 

 

L’air de la ville est très loin d’être pur. Très rapidement, on ressent les effets de la pollution: le nez qui s’assèche et les yeux qui picotent. D’ailleurs, le soleil, on le devine à peine, le ciel est un peu nuageux, mais il apparait un voile un peu jaunâtre constamment présent. Avec le nombre de véhicules qui circulent dans cette ville et les rejets industriels, Mexico est, semble-t-il, la ville la plus polluée au monde. Même si les rues sont agréables, il nous semble qu’il ne fait pas bon vivre ici.

...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...

Sur la place Bella Arte, une manifestation se déroule contre l’impunité de politiciens qui auraient détourné beaucoup d’argent de la caisse de sécurité et de santé sociale… Une manifestation à la mexicaine: des hommes principalement à moitié dénudés (et quelques femmes) se dandinent en musique! On est bien loin des légendaires coups de gueule français!

...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...

Maintenant que quasi du sang mexicain coule dans nos veines, on décide d’aller voir la Lucha Libre au Coliseo. On ne sait pas trop à quoi s’attendre en arrivant, mais l’arène pose le décor. Peu de places et peu de monde, essentiellement des Mexicains. Prêts au spectacle avec nos bières, nos doritos et bien sûr, nos masques de Luchadores… C’est parti pour le Show !!! Grosse ambiance dans le public, le public rit, hurle le nom des luchadores (ou des insultes), siffle… Les lutteurs répondent présents et font le show. L’ambiance est bon enfant. Le niveau des luchadores monte crescendo. C’est comme du catch, mais en beaucoup plus comique et plus sympa (et sans violence réelle)… Ils sautent de partout, tarte à la phalange à droite, prise aérienne à gauche, clés de bras, doigts dans les yeux… On est au troisième rang et on profite du spectacle. Bref, on s’éclate… Le spectacle durera 2 heures, avec comme bouquet final, le célèbre MYSSSSTYCOOOOO dans un 3 contre 3 de folie. Ça bastonne dans tous les sens, il y’a même un nain lutteur avec une tête de poulet. On se croirait presque dans un Tarantino. 

 

Après une séance photo près du ring, on finira la soirée dans un petit resto avec au menu: pozole, molé et compagnie. Le retour à la maison se fera sur les rotules, mais avec le ventre plein (encore^^) et une superbe journée.

...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...

Le lendemain, deuxième journée avec nos amis. Â notre réveil, Luciano et Karolina nous ont préparé un petit déjeuné qui n’attend que nous sur la table: fruits découpés dans l’assiette, oeuf au plat, tacos, … Encore une très belle attention qui nous touche énormément.

 

On retourne en ville afin de visiter le palais municipal et ses peintures de Diego Riviera. Le Zocalo de Mexico est une des plus grandes places du monde avec la cathédrale la plus grosse d’Amérique latine. Le temps n’est pas trop au rendez-vous, mais l’ambiance y est. Nous sommes dimanche, les familles mexicaines sont de sorties, les enfants courent et jouent sur la place. La fête de l’indépendance du Mexique se prépare… Malheureusement, on ne pourra pas assister aux festivités, notre départ est prévu le 15 septembre. 

 

La ville de Mexico a été construite sur les vestiges des temples aztèques. D’ailleurs au pied de la cathédrale, on peut en observer les ruines à travers quelques dalles en verre. Des fouilles mettraient en péril la stabilité de la cathédrale… Quel dommage!

La ville a aussi été construite sur des marais, et avec le temps, de nombreux bâtiments se sont enfoncés et ont nécessité de sérieuses mesures de restauration pour éviter qu’ils ne s’écroulent. Mais les conséquences sont largement visibles à l’oeil nu: il existe bel et bien une tour de Pise Mexicaine, la cathédrale penche sérieusement d’un côté et s’est enfoncée de plusieurs mètres… À se demander comment tout ça tient encore debout ! 

...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...

On se déplace beaucoup à pied et en bus, mais aussi surtout en métro. Ce dernier est l’occasion d’acheter toutes sortes de choses: dans les rames se suivent vendeur de chocolat, de jouet pour enfants, de bijoux, … et de coupe-ongle ! oui, si l’envie vous vient soudain de vous couper les ongles, pas de panique un vendeur est là pour vous^^

 

Visiblement, le grand blond aux yeux clair n’est pas commun au Mexique et régulièrement dans la rue, on ne passe pas inaperçu et les filles n’hésitent pas à nous interpeller pour prendre des photos avec les garçons. Les Mexicains sont très curieux et on ne compte plus le nombre de fois ou l’on nous demande d’ou l’on vient (ils ont pourtant la télé non ???). Au détour d’un spectacle de rue, encore une fois on ne nous loupe pas et les jeunes danseurs nous invitent à les rejoindre à la fin de leur show, entouré d’une cinquantaine de personnes… Nous, un peu mal à l’aise, mais ça fera beaucoup rire Luciano et Karolina. Jérôme et son fanclub^^!!!

...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...

Pour notre dernier jour avant le départ du Mexique, on visite le site de Teotihuacan. Le grand intérêt de ce site est la taille des pyramides du soleil et de la lune. En effet, la pyramide du soleil est la plus grosse pyramide au sol du monde (non la plus haute…). Comme l’arbre de Tule, la pyramide est à l’image de la population (chiquita pero gordito!!). On taquine, on les aime bien nos amis mexicains.

 

...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...

À midi, euh… non… à 16h, Luciano décide pour notre dernier repas au Mexique de nous emmener dans un restaurant préhispanique situé dans une grotte, super décor. Qui dit préhispanique, dit menu un peu « spéciale »: dégustation de gusanos (le ver que l’on trouve dans le cactus) et oeufs de fourmis pour l’apéro, pour le plat principal ça sera plus classique. On est pas fan des gusanos, un peu trop spécial (surtout quand un bout de ver s’échappe du tacos^^), mais les oeufs passent super bien. Le soir, on a prévu un diner « français », donc avec les moyens du bord on prépare des galettes et des crêpes. On terminera la soirée en fou rire, le vin, même si un peu vinaigré (un côte du rhône… raaaaaa Fabrice… bon le Bordeaux était pire, il a fini en Destop dans l’évier) a fait son petit effet.

...Mexico...
...Mexico...
...Mexico...
Retour à l'accueil