C’est parti pour notre transfert vers Santiago de Chile. Après 3 avions, un passage à Sao Paulo, un autre à Rio, soit une trentaine d’heures de voyage, nous voilà bloqués sur le tarmac de Santiago de Chile à cause d’un séisme (atteignant les 8,4 sur l’échelle de Richter) qui vient d’avoir lieu 3 heures plus tôt dans le nord.

Par mesure de sécurité, nous n’aurons l’autorisation de débarquer qu’ 1H10 plus tard… Évidemment, plusieurs avions ayant été dans la même situation, le hall des arrivées est surbooké et il faudra encore attendre un long moment pour passer la douane. Là, deux répliques du séisme nous ont surpris. Lors de la première, on a ressenti une drôle de sensation, un peu comme si on était sur un bateau, mais étant novice, on n’a pas compris tout de suite que c’était le sol qui bougeait. La deuxième, un peu plus forte a légèrement fait réagir les gens de la fille d’attente et nous aussi ! Petit coup d’adrénaline en guise de bienvenue au Chili !

Après toutes ces péripéties, on arrive à 2H du matin passée, complètement épuisés par le voyage. On décide donc directement de réserver une nuit de plus dans l’hôtel confortable que nous avons choisi pour nous reposer, la prochaine étape étant l’île de Chiloé située à 16 heures de bus plus au sud.

Voilà donc, deux jours et deux nuits à Santiago, mais pour se reposer, on ne fera pas grand-chose. La première journée, on s’est même réveillé à 15 heures !!! Une bonne nuit de sommeil était donc vraiment nécessaire ! Le temps de manger, d’aller acheter les billets de bus pour la suite et d’essayer de trouver la banque HSBC, qu’on ne trouvera finalement jamais, la journée était passée.

Le lendemain, 18 septembre, jour de fête dans tout le pays pour se remémorer l’indépendance. Étant dans la capitale, on s’attend à avoir une foule de monde dans la ville avec des fanfares, de la musique des danses et de l’alcool un peu partout. S’étant renseignés la veille, les gens ne nous conseillaient pas de passer cette fête à Santiago, car il y a beaucoup de monde et ça peut parfois être craignos… On décide d’y faire un tour juste la journée, de toute façon, on a un bus de nuit qui par à 20 h vers l’ile de Chiloe le soir même.

Mais finalement, il n’en fut rien de rien !!! La capitale chilienne est juste déserte !!! Pas un bruit, pas une voiture ! Cool la balade est vachement agréable pour une capitale, il fait beau et le soleil nous chauffe le dos c’est top ! Du coup on fait le tour des quartiers les plus sympa, on n’a pas beaucoup de temps, mais on se le fait tranquillement. On comprend en fait qu’il ya a eu une sorte de défilé militaire dans la matinée mais on est arrivé trop tard et de toute façon l’accès à l’avenue à l’air particulièrement difficile, car des carabineros bloquent toute les rues perpendiculaires.

On tente de se renseigner, mais alors là, on est confronté à une chose assez surprenante: LE CHILIEN !!! On pensait avoir fait des progrès en espagnol, mais alors là c’est retour à la case départ, on est perdu, on ne comprend plus rien !!!! C’est à se demander parfois s’ils parlent espagnol même !

Le chilien parle à une vitesse indescriptible et avale de nombreuses lettres… Bref, on comprend rien, bon tant pis on passe notre route.

Santiago
Santiago
Santiago
Santiago
Santiago
Santiago
Santiago
Santiago
Santiago
Santiago
Santiago

En fin de journée, on récupère nos sacs à dos et on se dirige vers le terminal de bus. Étant un jour de fête, on bénéficie d’une super promo: 9 000 pesos le billet jusqu’à Puerto Montt au lieu de 34 000 (soit 12 euros au lieu de 44 euros). Et en plus de ça, comme il y a que 9 personnes dans le bus, le chauffeur nous autorise à utiliser les sièges semi-cama alors qu’on a payé pour des sièges de bus normaux !! Parfait ! Grâce à ça, on passera une bonne nuit.

Santiago
Santiago
Retour à l'accueil