Lundi 12 octobre, le bus pour Pucon part de Puerto Varas tôt le matin. Comme on doit rendre la voiture à 9h, on ne pourra pas le prendre. On décide donc de retenter le stop. On prend un premier bus en centre-ville qui nous amène quelques kilomètres plus loin à la sortie de la ville. Mais après 3 bons quarts d'heure d'attente et au vu du nombre de voitures qui passe (on est au bord de la 2X2 voies principale du pays) on se décourage vite, c'est bien plus compliqué près des grandes villes! Finalement de nombreux bus passent devant notre arrêt et on décidera de prendre un bus pour la ville d'Osorno histoire d'avancer au moins à mi-chemin et de voir sur place comment continuer.

Une fois a Osorno, on apprend que le prochain bus pour Pucon est le lendemain à 10h40. Pas le choix, on s'installe dans l'hospedaje voisine du terminal de bus. Il n'y a rien d'intéressant à faire dans la ville et il pleut. On passera une bonne partie de l'après-midi dans le grand centre commercial de la ville à regarder les boutiques de vêtements techniques pour le froid dont les prix sont exactement les mêmes que chez nous. Tant qu'à faire, ça sera l'occasion de tester le coiffeur chilien, bon ça fait du bien, mais je ne le recommanderai pas forcément! Et je m'initierai également à la coiffure en m'exercent sur Jérôme ^^ on fait avec les moyens du bord!!

Mardi 13 octobre, on prend donc notre bus direction Pucon. Une fois arrivé, le temps n'est pas au top. On est en train de récupérer nos sacs en soute quand un homme nous interpelle et nous demande si on cherche un hôtel. C'est comme ça qu'on fera la connaissance de Luis, un homme au grand cœur qui nous ouvre grand les portes de sa maison pour 6 000 pesos par personne. PARFAIT ! En arrivant, on rencontre Romain et Anais, deux Français fort sympathiques qui sont arrivés quelques heures plus tôt que nous. À peine les affaires posées dans la chambre, que Luis nous propose une assiette de lasagnes et un verre de vin! Reçu comme des rois !

On passera l'après-midi et la soirée à faire plus ample connaissance avec Romain et Anais. Le temps de faire quelques courses et on se fait un repas à la mode auberge espagnole tout en organisant les jours à venir.

Casa Mario

Casa Mario

Mercredi 14, il pleut... Et que fait-on quand il pleut au Chili ?? On va aux thermes ! Ni une ni deux, on prépare nos affaires et à 11 h on est dans la voiture de Luis qui nous conduit jusqu'aux termes de Montevivo. On y restera jusqu'à 18h.

Le midi, Luis nous avait avertis que comme il y a un restaurant sur place, on ne peut pas emporter notre propre repas, à moins de le manger en douce dans les vestiaires. On opte donc pour le "restaurant " qui ne propose que 4 sandwichs, mais comme ils n'ont plus de pain, ça sera du pain de mie avec une rondelle de tomates, une bonne dose de salade plastique et une semelle en guise de viande... Pour la modique somme de 4 600 pesos, on l'a bien en travers de la gorge et on ne le recommande surtout pas !!

Thermes de Montevivo
Thermes de Montevivo
Thermes de Montevivo

Thermes de Montevivo

Jeudi, le temps était censé s'améliorer et on avait donc prévu de partir à 8h avec Luis au volant pour se faire une journée dans le parc Huerquehue. Sauf que la pluie et même les grêlons nous en ont coupé l'envie! Chacun traînant dans le salon, s'occupant de ses affaires, Luis nous entretient le feu de temps en temps, Veronica nous amène une salade de tomates avec des sopaipias, on est comme à la maison, on est bien!

L'après-midi, le temps commence à se dégager. Luis nous amènera voir les cascades de Los ojos de Caburga et nous fera visiter les environs de Pucon avec les montagnes sacrées des Mapuches. Selon lui, cela fait bien 25 ans qu'il n'a pas neigé autant, on comprend mieux pourquoi il y a plein de choses qu'on ne peut pas faire depuis notre arrivée au Chili, c'est une année exceptionnelle et donc les montagnes sont encore bien enneigées....

Le soir, on se fera péter une bonne bouteille de vin avec nos nouveaux amis, et quitte à être entre français, on se fait une bonne tournée de crêpes (la deuxième en réalité).

Montagnes mapuches
Montagnes mapuches

Montagnes mapuches

Los ojos de Caburga
Los ojos de Caburga
Los ojos de Caburga
Los ojos de Caburga
Los ojos de Caburga

Los ojos de Caburga

La nuit étant tombée, Luis vient nous faire remarquer que la fumée émise par le volcan est de couleur orangée le soir. Et en effet, superbe spectacle, on croirait presque que le Villarica est en train de rentrer en éruption ! C'est ainsi depuis la dernière éruption au mois de mars 2015. Quel spectacle! Encore une fois, on se sent tout petit face à ce géant de la nature et surtout très impuissant!

Le Villarrica, de nuit (la fumée sortant du cratère)

Le Villarrica, de nuit (la fumée sortant du cratère)

Vendredi 16 octobre, c'est le grand jour! Au réveil le temps est splendide, il n'y a pas un souffle de vent, cela annonce une journée exceptionnelle et elle le sera! Le rendez-vous est à 7 h à l'agence. Chacun récupère un sac à dos et des chaussures de marche bien étanches. Dans le sac: un piolet, des crampons et le matériel pour la descente en luge.

C'EST PARTI !!!

On commencera l'ascension sur les coups de 8h30 - 9h00. Le guide annonce environ 2 h de marche dans la forêt et 3h sur les pentes enneigées du volcan. En réalité, on aura très rapidement les pieds dans la neige (ha oui c'est vrai, 25 ans qu'il n'avait pas autant neigé ! ) il y a un peu de monde, mais nous on a un guide pour 4 personnes c'est plutôt pas mal. Très vite le soleil commence à taper et on se découvre tels des oignons couche après couche.

Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon

Après 2h de marche, comme prévu, on sort de la forêt et on voit enfin le volcan à nos pieds, un paysage à nous couper le souffle. Au total, 1300 m de dénivelé avec un paysage qui se dévoile petit à petit et qui nous donnerait presque envie de marcher à reculon pour pouvoir l'observer ! Sur tous les groupes de randonneurs, on est en tête, le guide nous surnomme les machines françaises !! CLASSE !

Au début la marche nous semble facile, le guide nous trace la route dans la neige fraîche, mais plus on avance et plus cela devient difficile. Il y a plusieurs dizaines de centimètres de poudreuse et à chaque pas on s'y enfonce, parfois jusqu'aux genoux, ce qui décuple l'effort. La dernière heure, chacun se concentre en observant le cratère qui semble mettre du temps à se rapprocher de nous!

Une fois là-haut et les cris de joie poussés, place à l'émerveillement. C'est un 360 degrés incroyable qui nous attend, entre le fabuleux volcan Lanin derrière nous et le Villarrica tout fumant en face de nous, on ne s'en lasse pas.

Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon
Pucon

Le temps de manger rapidement, il faut déjà penser à la descente. Nous avons mis plus de temps que prévu pour monter à cause de l'épaisseur du manteau de neige, mais le guide nous félicite, nous sommes quand même les premiers au sommet! Chacun s'équipe d'un sur pantalon, d'une protection pour les fesses et le piolet à la main, il est l'heure de la descente en luge!!

Le cul posé sur la pelle en plastique, le piolet dans la main droite pour freiner si nécessaire, on descend tour après tour comme des vrais gamins. Malheureusement la partie de rigolade a été trop courte, il y a vraiment trop de poudreuse et on n’avance plus… du coup la descente devient moins drôle, il faut descendre le reste à pied !

Cécé qui s'éclate en luge!!!

En rentrant, la table est mise, Véronica nous a préparé un saumon sauvage au four avec du riz et en entrée, un tartare de saumon, une salade de tomates et de la salade verte. On est refait !!!

Pucon

Et puis comme on n’en a pas eu assez aujourd’hui, on demande à Luis de nous emmener au pied des pistes de ski du Villarrica pour observer les fumées rouges de plus près sans pollution lumineuse de la ville. Mais ce soir la, le spectacle n’est pas très visible et il fait super froid ! la fatigue en plus, on ne s’y attardera pas trop.

Pucon

Le petit montage pour la Casa Mario!!!

On est sur le mur !

On est sur le mur !

Retour à l'accueil