ARGENTINE

On arrive dimanche 27 au soir à Puerto Iguazu.

En peu de temps et beaucoup de route, on a complètement changé de climat. Ici, c'est chaud et humide, ça nous fait penser à la Guyane.

Site très touristique, les prix flambent. On trouve une hospedaje à 300 pesos la nuit. Visiblement, on trouvera difficilement moins cher. Mais pour compenser, on trouve un restaurant type self-service au kilo. C'est bien, ça nous permet de manger pour pas très cher.

On commence déjà bien à sentir l'influence brésilienne!

Au terminal de bus de Puerto Iguazu, toujours sous la pluie !

Au terminal de bus de Puerto Iguazu, toujours sous la pluie !

On se renseigne sur les prix du parc pour voir les chutes, et on est abasourdie par ce qu'on nous annonce: 20 euros par personne, plus le bus pour y aller. Nous qui voulions faire la balade en bateau ben du coup la c'est loupé!! À ce prix-là, on ne veut pas prendre le risque d'y aller un jour de mauvais temps. Le problème c'est que la météo est en alerte orange pour les orages les 5 prochains jours...

Lundi, on met le réveil assez tôt, mais vu le temps, on décide de reporter la visite au lendemain puisque la météo annonce moins de pluie. Puis finalement, sur les coups de 11h-midi, un petit éclairci pointe son nez. Alors finalement, on se motive pour y aller.

On n'a plus assez de liquide sur nous pour payer l'entrée et dans le distributeur de la ville qui accepte notre carte il y avait une file, d'attente de 20 personnes. On s'est donc dit qu'on payerait l'entrée par carte bleue!

Mais non! Avec une entrée à 20 euros par personne ils ne sont pas foutus d'installer des machines à carte bancaire... Il y a bien deux distributeurs dans le parc, mais ils ne fonctionnent pas... Ce n’est vraiment pas de chance!

On essaye alors de négocier avec les gardes du parc. En fait, il nous manque juste un peu plus de 2 euros pour payer une de nos entrées. Bien qu'ils soient très sympathiques, ils ne lâcheront rien et à force de bataille, on réussira à faire une transaction blanche dans un magasin de souvenirs.

Ouf!!!

Mais tout ce tralala en valait bien la peine, les chutes sont splendides, on a face à nous un spectacle fantastique qui nous fait oublier toutes nos contrariétés. Il faut en tout 6 bonnes heures pour faire le tour des passerelles. Il y a du monde, mais on arrive à faire notre place. Le site est tellement grandiose et je pense que les chutes ont bien leur place dans les merveilles du monde.

On commence par le circuit supérieur, qui permet de voir les chutes de loin puis vue de dessus.

Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin
Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin
Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin
Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin
Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin
Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin
Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin
Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin
Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin

Les chutes vue d'en haut - Côté Argentin

Des petites bêtes qui passent par là
Des petites bêtes qui passent par là
Des petites bêtes qui passent par là
Des petites bêtes qui passent par là
Des petites bêtes qui passent par là

Des petites bêtes qui passent par là

En milieu d'après-midi, une averse équatoriale (un bon grain bien d'ici) décide de s'abattre sur nous. On finit complètement trempé, mais l'eau est chaude et le temps lourd, ça fait même du bien.

De toute façon, on poursuit la balade par le circuit du bas, qui permet de se rapprocher des chutes. Là on range l'appareil, car c'est la seconde douche de la journée!

Le bruit est assourdissant et la puissance des chutes impressionnante.

Le temps se dégage légèrement après la pluie, et on voit même apparaitre du ciel bleu.

Autre point de vue - Côté Argentin
Autre point de vue - Côté Argentin
Autre point de vue - Côté Argentin
Autre point de vue - Côté Argentin
Autre point de vue - Côté Argentin
Autre point de vue - Côté Argentin

Autre point de vue - Côté Argentin

Les chutes vue d'en bas - Côté Argentin
Les chutes vue d'en bas - Côté Argentin
Les chutes vue d'en bas - Côté Argentin
Les chutes vue d'en bas - Côté Argentin

Les chutes vue d'en bas - Côté Argentin

On finira la visite par la Garganta del diablo, un impressionnant gouffre dans lequel se jette l’eau du fleuve sur une hauteur de 90 m. La puissance est telle que les embruns forment un nuage opaque nous donnant l'impression d'un gouffre à l'infini.

La Garganta del Diablo - Côté Argentin
La Garganta del Diablo - Côté Argentin
La Garganta del Diablo - Côté Argentin
La Garganta del Diablo - Côté Argentin
La Garganta del Diablo - Côté Argentin
La Garganta del Diablo - Côté Argentin

La Garganta del Diablo - Côté Argentin

Le parc côté Argentin est cher, mais tout de même très bien conçu avec de nombreux kilomètres de passerelles construites en limite des chutes et en amont sur les larges bras de fleuves et son petit train qui nous amène au début de chaque parcours. On est un peu réconcilié avec le prix de l'entrée même si ça reste quand même une grosse machine à touristes et à pognon.

BRESIL

Mardi matin, un bus nous amène depuis Puerto Iguazu en Argentine vers le côté brésilien des chutes. Là, c'est tout autre chose il y a déjà une queue de 3/4 d'heure rien que pour acheter les billets d'entrée.

Après il faut encore attendre une bonne demi-heure pour monter dans un bus qui nous amène au début du sentier pédestre. Il faut se les gagner ces chutes! Et le prix, à peine un peu moins cher que le côté argentin, mais la visite ne dure que deux heures...

Il y a bien d'autres balades dans le parc, mais le coût n'est pas inclus dans le prix de l'entrée générale... Vache à lait ces touristes!!

De ce côté, c'est aussi un système de chemin et de passerelles, mais beaucoup plus étroits et l'afflux de touriste et bien moins repartit, les gens se gênent.

Pour autant, la vue des chutes complète bien celle du côté argentin, et le chemin mène au cœur de la Garganta del diablo c'est complètement fou!!

En deux heures, la balade est vite pliée on en prend encore une fois plein les yeux.

Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin
Les chutes - Côté Argentin

Les chutes - Côté Argentin

On rejoint ensuite la ville de Foz do Iguazu.

De là, on voulait aller voir le barrage d'Itaipu, deuxième plus grand barrage au monde. Une visite bien complète permet d'aller voir les entrailles du barrage. Malheureusement, elle n'est pas proposée aujourd'hui et demain non plus...

Il ne nous reste plus qu'à prendre un nouveau bus de nuit jusqu'à Curitiba!

Retour à l'accueil