Jeudi matin, à nouveau bien reposé, on repart pour l'Isla Ometepe, une île crée par deux volcans se rejoignant au milieu du deuxième plus grand lac d'Amérique latine. On prend un bus qui nous amène à Rivas.

Une fois là-bas, il faut encore rejoindre l'embarcadère à San Jorge, mais tout le monde nous dit qu'il faut payer un taxi parce qu'il n'y a pas de bus. Et bien sûr le taxi et 10 fois plus cher que le prix théorique des bus!!! On trouve ça louche. On envoie un peu balader tous les gens qui nous sautent dessus en arrivant pour nous vendre leur taxi. C'est fatigant, certains reviennent à la charge plusieurs fois...

Les terminaux de bus sont quasiment tout le temps situés dans les marchés. C'est très très sale, ça pue, ça crie dans tous les sens, il y a du monde partout et surtout aucune organisation... C'est très difficile d'y voir clair et de se déplacer avec nos sacs sur le dos.

 

On fait abstraction des marchands de tapis et on s'éloigne un peu de ce brouhaha pour aller demander aux locaux si vraiment il n'y a pas de bus. Hé ho!!!! Magique, si, il y a bien un bus ! Mais il faut aller dans une autre rue pour le prendre... On se rapproche!

C'est comme une chasse au trésor en fait. Un peu plus loin, on demande à d'autres personnes, la on nous dit qu'il y a bien un bus, mais qu'il passe que dans une heure et qu'il vaut mieux prendre un taxi... (Tiens, ton frère ou ton copain est chauffeur de taxi??) ...

Finalement, on tombera sur quelqu'un qui n'a aucun intérêt et qui nous dira où attendre. Le bus passera 10 minutes plus tard et nous coûtera trois fois rien.

Depuis le débarcadère, on aperçoit les deux volcans de l'île et on se dit que dans quelques jours on y sera peut-être tout en haut!! Ce qu'on ne sait pas encore, c'est que de les voir dans un ciel si bien dégagé c'est rare!!

Volcan Conception, à gauche et volcan Madera, à droite
Volcan Conception, à gauche et volcan Madera, à droite

Volcan Conception, à gauche et volcan Madera, à droite

Après 1h30 de navigation, on arrive sur l'île. On trouve rapidement un petit camping pour 4 US$ la nuit, parfait pour les économies!! Et avec notre nouveau matelas, on est au top!

On sort se renseigner pour l'ascension des volcans. Le premier: le Conception.

Ici, tout le monde nous dit qu'il faut obligatoirement prendre un guide et que beaucoup de gens se perdent.

On ne connaît pas les lieux et on ne sait pas trop à quoi s'attendre, mais avec le nombre de touristes qui passent chaque jour, on a du mal à croire qu'il n'y a pas un chemin bien tracé! Mais comme on n’a pas de trace sur le GPS, et dans le doute, on prend quand même un guide...

 

Encore une fois, c'est super cher. Le prix de base est de 20 US$ par personne (rappelons-le, pour marcher dans la nature et sans équipement particulier)... On fait plusieurs agences, les prix sont partout les mêmes. On finit par arriver à négocier l’excursion à 15 US$ par personne.

Vendredi matin, départ à 7h. On fait la rencontre de Matthias et Alice avec qui on se suivra quelques jours. On fait 4km de touctouc pour arriver au début du Sentier. La, une petite cabane en bois dans laquelle on doit s'affranchir du prix d'entrée qui d'après ce qu'on nous a raconté est théoriquement un don, mais en fait c'est obligatoire et fixé à 3 US$ par personne. Bien sûr, ce n'était pas inclus dans le prix de l'excursion!

 

À ce moment la, notre guide nous lâche sous prétexte qu'il doit aller retrouver un touriste qui s'est perdu sur l'autre volcan (mouai...) et nous refourgue à deux autres "guides" d'une 20aine d'années qui ne connaissent strictement rien de la faune et de la flore et qui ne parlent pas anglais (heureusement que tout le monde se débrouille à peu près en espagnol et qu'ils avaient vendu un guide bilingue).

 

On métra deux heures pour monter jusqu'au premier mirador à 1000 m d'altitude. Sur le chemin, on croise plusieurs personnes qui nous disent qu'on ne peut pas aller plus haut à cause du vent, on est un peu sceptique au début parce qu'on sait que c'est parfois une arnaque des agences. On se dit qu'on va juger par nous même.

On croise la route d'un joli serpent corail tout plein de couleur. Notre "guide" le découpe à la machette!!! Heu... Mais ce n’est pas protégé ça?? Ok, c'est dangereux, mais on aurait pu l'éviter non ??

 

Lorsqu'on arrive au mirador, on quitte en fait dans le même moment la forêt. Le vent est en effet extrêmement fort et on en perd même l'équilibre... À partir de là, le chemin trace tout droit vers le sommet et la pente est bien raide. En plus de ça, la marche se complique, il n'y a plus que de la cendre et des cailloux...

 

On décide d'attendre quelque temps pour voir si le temps ne va pas changer. En plus de ça, le cratère est totalement dans les nuages, depuis le haut, on ne verra rien. On attend jusqu'à 13h, mais le climat ne change pas. Finalement, on se résigne, on ne veut pas se mettre en danger et monter plus haut, d'autant plus que d'ici, la vue n’est déjà pas trop mal. Et heureusement d'ailleurs parce que la balade jusque là n'est pas terrible. Tout est très sec, on marche dans la poussière et on en bouffe!!

Vue depuis le mirador du volcan Conception. Altitude: 1000 m
Vue depuis le mirador du volcan Conception. Altitude: 1000 m
Vue depuis le mirador du volcan Conception. Altitude: 1000 m
Vue depuis le mirador du volcan Conception. Altitude: 1000 m
Vue depuis le mirador du volcan Conception. Altitude: 1000 m

Vue depuis le mirador du volcan Conception. Altitude: 1000 m

La descente est pire! Le guide nous fait passer par un autre chemin, au soleil et donc encore plus sec! C'est galère, il n'y a pas d'accroche sous les pieds, c'est raide, je me retrouverai deux fois le cul par terre!

 

Du coup, arrivé en bas, on fait le bilan sur l'intérêt du guide: aucun!! Il ne vous apporte aucune plus-value, ils n'ont bien souvent aucune connaissance de l'environnement. Le chemin, ben jusqu'au mirador c'est pas bien difficile, il n'y en a qu'un à suivre!! Après, c'est vrai on n'est pas allé plus haut, mais bon...

 

Et puis finalement, on apprendra que ce volcan est très souvent la tête dans les nuages et que 80% des gens ne montent pas jusqu'en haut à cause des conditions climatiques... Il faut avoir de la chance.

 

Le soir, on ira se boire une petite bière à la lueur du coucher de soleil sur le lac avec Matthias et Alice.

Coucher de soleil sur Ometepe
Coucher de soleil sur Ometepe
Coucher de soleil sur Ometepe
Coucher de soleil sur Ometepe
Coucher de soleil sur Ometepe
Coucher de soleil sur Ometepe

Coucher de soleil sur Ometepe

Samedi 30 janvier, on loue un scooter pour la journée pour aller faire le tour de l'île. Toutes les routes ne sont pas praticables, mais finalement on n'aura pas le temps de faire plus que celles qui le sont.

On fait un premier arrêt à Charco Verde. C'est un petit jardin botanique mignonnet avec une lagune aux eaux turquoise, jolie.

Charco Verde avec le volcan Madera en fond
Charco Verde avec le volcan Madera en fond
Charco Verde avec le volcan Madera en fond
Charco Verde avec le volcan Madera en fond
Charco Verde avec le volcan Madera en fond
Charco Verde avec le volcan Madera en fond
Charco Verde avec le volcan Madera en fond
Charco Verde avec le volcan Madera en fond

Charco Verde avec le volcan Madera en fond

On poursuit ensuite notre route vers El ojo del agua, petite piscine naturelle bien sympathique, mais dehors il ne fait pas si chaud que ça, on trempera juste les pieds.

El ojo del agua

El ojo del agua

On fait un détour et on remonte vers Alta Gracia pour organiser la suite du séjour.

On veut rejoindre San Carlos au sud du Nicaragua et plusieurs solutions s'offrent à nous: contourner tout le lac en bus sur une journée interminable ou prendre un bateau et traverser le lac.

D'après les guides, il semblerait qu'un ferry parte d'Alta Gracia pour rejoindre San Carlos alors on va sur place se renseigner directement.

Arrivé là-bas, on nous explique qu'il n'y a plus de ferry en ce moment, mais que si on veut, on peut prendre un bateau qui nous amène en 5h sur l'autre rive du lac et de là on a plus qu'à prendre un bus de 2 ou 3 heures.

Sauf que le bateau en question, il est couché sur le côté et ils sont en train de le tirer à la corde pour le remonter. Il est tout en bois et a subi quelques dommages récemment et ils doivent me réparer.... Pas très rassurant !!!

En plus, ça a plus l'air d'une vieille barque à voile qui sert à transporter les bananes!! D'un autre côté, ça serait une sacrée aventure!!

Matthias et Alice ont les mêmes plans de voyage alors en partant du principe qu'on est 4 on commence à négocier le prix.

De 80 US$, le matelot descend tout seul à 50 US$. Pour le moment, on en reste la, il faut quand même qu'on étudie les deux possibilités en terme de temps et d'argent!

On the road !
On the road !
On the road !
On the road !

On the road !

On finira par les plages du sud de l'île qui pour une fois sont assez préservées. L'eau est chaude, mais pas très belle. On se baigne rapidos et on reprend la route pour aller voir le coucher de soleil à la Punta Jésus Maria. Il ne faut pas traîner, en scooter, on n'avance pas!!!

Plage au pied du volcan Maderas
Plage au pied du volcan Maderas
Plage au pied du volcan Maderas

Plage au pied du volcan Maderas

coucher de soleil à la Punta Jésus Maria
coucher de soleil à la Punta Jésus Maria
coucher de soleil à la Punta Jésus Maria
coucher de soleil à la Punta Jésus Maria
coucher de soleil à la Punta Jésus Maria
coucher de soleil à la Punta Jésus Maria

coucher de soleil à la Punta Jésus Maria

Arbre à la canopé parfaite, ou jamais les feuilles de s'entre-croisent

Arbre à la canopé parfaite, ou jamais les feuilles de s'entre-croisent

Le soir, on retrouve Matthias et Alice pour faire le point autour d'un petit comédor de rue tenu par une famille de Salvadoriens. Au menu: galettes à la farine de maïs nommées les "poussas" et non les "putas" comme leur a gentiment demandé Matthias ^^ on mange pour 1,5€ chacun.

Dimanche, après mûre réflexion, on se décide finalement pour repartir le lundi matin en bus. C'est moins cher, le trajet est plus long, mais on part un jour plus tôt que si on prend le bateau avec lequel on n'est pas tellement sûr d'arriver tout sec!!

Pour notre dernier jour, on se fait l'ascension du volcan Maderas, tous les 4 et sans guide. Celui-ci est moins haut que le Conception, mais on arrivera jusqu'en haut. On mettra 4 heures pour monter. Il y a environ 1300 m de dénivelé, mais c'est surtout la boue qui nous ralentit.

 

On change complètement de climat alors qu'on est sur la même île et que les deux volcans ne sont qu'à quelques kilomètres d'écart. Très vite on se retrouve dans une forêt hyper humide et le sol glisse énormément, ce qui nous aura valu de belles chutes sur le retour (les côtes de Jérôme s'en souviennent encore, et nos vêtements aussi!).

 

Mais l'effort n'en vaut pas vraiment la chandelle. On a quelques petites récompenses pendant la montée avec deux points de vue, mais une fois là-haut, il n'y a qu'une lagune complètement marronasse... On ne prendra même pas la peine d'y descendre. De toute façon, on n'a pas le temps, il faut redescendre pour faire la route retour (toujours en scooter) avant la nuit et il y en a pour 1h de route.

vue depuis les deux miradors
vue depuis les deux miradors

vue depuis les deux miradors

Randonnée boueuse
Randonnée boueuse
Randonnée boueuse
Randonnée boueuse

Randonnée boueuse

La lagune !!

La lagune !!

Sur le retour, le volcan Conception presque dégagé mais toujours avec son chapeau nuageux

Sur le retour, le volcan Conception presque dégagé mais toujours avec son chapeau nuageux

Retour à l'accueil