Mercredi 30 mars, nous quittons le désert de la Tatacoa en début de mâtiné pour rejoindre le site archéologique de Tierradentro.

Nous rejoignons en premier lieu la ville de Neiva. De là, nous prenons un deuxième bus qui nous conduit après deux heures de trajet au village de la Plata. Enfin, il nous reste plus qu'à prendre une camionnette pour nous amener à San Andres, au coeur du site archéologique.

Ce dernier moyen de transport n'est pas très rassurant. Le chauffeur roule à vive allure sur une piste dont la plus grande partie est en construction. Pendant quasiment 40 minutes, on mange littéralement de la poussière...

Lorsque nous arrivons enfin, nous avons pris 30 ans d'âge tellement nous avons le visage et les cheveux couverts de poussière blanche...

 

Dans le village, il n'y a pas tellement de choix pour le logement, mais une belle auberge nous fait de l'œil. Le problème c'est que nous n'avons pas eu le temps de retirer de l'argent le matin et nous n'avons pas assez pour payer notre séjour sur place.

Nous pensions pouvoir faire la visite du site en une après-midi, passer une nuit et repartir le lendemain, mais en fait il faut au minimum une journée sur place pour bien profiter du site.

 

Heureusement, la gentillesse colombienne est encore au rendez-vous. La gérante nous propose de payer une partie maintenant et de payer l'autre partie à une amie à elle lorsque nous irons à Popayan, une ville située à 4h de route de Tierradentro, du jamais vu!!

 

Comme c'est bien souvent le cas en Colombie, le prix du logement et de la restauration ne sont pas chers et de qualité. Nous payons sur place un repas: soupe en entrée, plat principal avec poulet ou bœuf, jus de fruit frais (jus de mûres) et petit désert, le tout pour 3 euros par personne. Que dire de plus ??

Le seul hic ici, il n'y a pas d'eau chaude pour se doucher et l'eau est vraiment, vraiment froide !!!! Il faut prendre tout son courage à deux mains pour se mettre sous l'eau, on souffle un bon coup et ça passe :-)

 

Étant donné l'avancée de la journée, nous attendons le lendemain pour partir nous balader.

Jeudi 31 mars, nous nous levons assez tôt pour randonner dans le parc. À l'entrée, on nous donne un petit passeport contenant des informations, que nous faisons tamponner sur chaque site. Ce que nous allons voir: des tombes

En réalité, ce sont de grandes cavités souterraines creusées à même la roche contenant parfois plusieurs niches qui abritaient les dépouilles d'un peuple dont nous n’avons presque aucune connaissance. Certaines sont décorées avec des peintures représentants des motifs géométriques en rouges et noires.

Le premier site que nous observons est le mieux préservé. Nous descendons dans certaines cavités par d'énormes marches sculptées directement dans la pierre.

L'intérieur des tombes
L'intérieur des tombes
L'intérieur des tombes
L'intérieur des tombes
L'intérieur des tombes
L'intérieur des tombes
L'intérieur des tombes

L'intérieur des tombes

La randonnée entre chaque site est finalement plus intéressante que les sites qui sont en fait tous très semblables.

Pour rejoindre le troisième site, nous devons rejoindre la crête d'une montagne. Pour avançons assez rapidement, c'est un bon entraînement! La première partie grimpe pas mal, mais au fur et à mesure que nous avançons les paysages se dévoilent et cela nous donne toujours plus l'envie d'avancer.

Sur ce site, les tombes n'ont pas été aussi bien préservées, mais cela nous importe peu, nous préférons observer les paysages. Sur chaque flanc de la montagne, nous observons de nombreuses cultures de café dans des endroits assez improbables et dont la pente du terrain est parfois extrême.

 

La culture est entièrement faite à la main, cela doit être épuisant!

 

En milieu d'après-midi, il commence à pleuvoir. Cela tombe bien, il ne nous reste pas une grande distance à parcourir avant de rejoindre le village. Je profite d'avoir encore le corps à chaud pour aller prendre une douche. Ha oui, ça se calcule ce genre de chose: une fois le corps refroidit, c'est vraiment dur d'aller se mettre sous un jet d'eau hyper froid!!!

 

Nous finissons la journée tranquillement. Le soir, nous sommes nombreux à nous retrouver autour de la même table pour manger, mais nous sommes les seuls à parler espagnol... Jerome devra même jouer les traducteurs pour aider un vieux couple de New-Yorkais^^

Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant
Paysages environnant

Paysages environnant

Vendredi 1er avril, nous nous levons à 5h du matin pour prendre un bus qui passe en théorie à 6h pour aller à Popayan. En réalité, le bus ne se pointera qu'à 6h30.

Nous n'avons que très peu de kilomètres à parcourir, mais le voyage sera extrêmement long, nous mettrons en tout 5h pour arriver avec une vitesse moyenne de 25 km/h. Mais comme nous sommes fatigués, nous sommes un peu dans les choux alors nous ne nous rendons pas bien compte du temps qui passe. Nous admirons les paysages. Une grande partie de la route est en travaux, soit parce qu'elle n'existait pas avant, soit parce qu'il y a eu un éboulement de terrain soit parce que la route meme s’est effondrée ^^

Le bus passe en pseudo mode 4x4 pour passer de petites rivières et des zones boueuses. Cela nous vaudra quand même un arrêt pour changer une courroie...

Toute la campagne que nous traversons est cultivée à l'ancienne, à la main. Quel boulot!!!

Nous passons même devant des cultures de fraises, Miami!!

 

Bref, vous avez compris, le trajet est long, mais nous avons vu bien pire et puis avec de beaux paysages ça passe toujours mieux!

 

 

Jéjé qui joue le chauffeur de bus !

Jéjé qui joue le chauffeur de bus !

Enfin arrivé sur Popayan, le beau temps n'est pas au rendez-vous. Nous prenons un hôtel dans le centre-ville et allons faire un tour pour manger. La pluie commence à tomber et ne semble pas vouloir s'arrêter alors nous rentrons passer le restant de la journée à l'hôtel.

 

Nous ne ressortirons que le soir pour de nouveau aller manger (quel planning!), toujours sous la pluie...

 

Samedi, nous changeons d'hôtel en fin de matinée pour un autre moins cher. Il n'y a pas d'amélioration dans le temps, mais nous décidons tout de même d'aller faire un tour. Ça serait dommage de faire tant de route pour venir ici et de ne rien voir!! Popayan doit être une charmante ville avec un ciel bleu ! Toutes les maisons sont blanches et bien entretenues, il est agréable de s'y balader.

Mais pour un samedi, il n'y a pas trop d'activité (peut-être à cause de la pluie), et ça ne s'améliore pas le soir. Il n'y a pas grand monde dans les rues, nous peinons à trouver un restaurant. Pour une ville comme celle-ci, c'est étonnant. Mais,pour finir, nous trouvons un superbe restaurant qui fait des grillades pour vraiment pas chères. Nous sommes les seuls clients ...

Au moins, nous n'attendons pas longtemps pour être servis et c'est vraiment bon, ça change du poulet des patates et du riz!

Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !
Ppopayan sous la pluie !

Ppopayan sous la pluie !

Retour à l'accueil