Nous arrivons mardi 24 mai, au petit matin à Arequipa. Sans encombre, nous prenons un taxi en direction du centre où nous avions réservé un hôtel.

Nous passons la mâtiné à récupérer de notre nuit dans le bus. Dans l'après-midi, nous faisons un petit tour sur la place des armes et les rues alentour.

Nous sommes un peu déçus de la ville, beaucoup de monde la compare à Cusco, mais nous trouvons qu'elle n'a rien à voir avec. Beaucoup moins charmante, il n'y a pas grand-chose à voir.

Mercredi 25, nous poursuivons notre visite de la ville, mais nous n'approfondissons pas trop la chose.

Un couvent est très réputé dans la ville et c'est un des principaux bâtiments à voir, si ce n'est le plus important. Malheureusement, avec une entrée à 20 euros par personne et le tout sans guide, nous décidons de zapper cette visite. Même si ça vaut apparemment le coup, à ce prix là c'est sans regret!

Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa
Arequipa

Arequipa

Jeudi 26 mai, nous prenons un bus en début d'après-midi pour rejoindre la petite bourgade de Cabanaconde, surplombant le canyon de Colca, sois-disant le canyon le plus profond du monde.

Nous arrivons à la tombée de la nuit (il faut dire que la nuit tombe tôt ici : 17h). Dès la sortie du bus, un homme nous interpelle en nous disant qu'il faut acheter les billets d'entrée pour aller se promener dans le canyon: 70 soles par personne, soit environ 20 euros!!! Nous l'envoyons gentiment balader en lui disant que dans l'immédiat on va d'abord se trouver un hôtel et que son billet d'entrée on verra ça quand nous en aurons envie le lendemain!! Non, mais

Nous prenons le premier hôtel que nous voyons sur la place, un repère de français... En fait, c'est toute la ville et même le canyon qui est un repère de français! Allez savoir pourquoi, mais ici, environ 80 % si ce n'est plus des touristes qui sont français!! Nous soupçonnons le guide du routard d’être le seul guide qui met le canyon de Colca en avant! Comme quoi les guides touristiques ont clairement leur importance!!

Au restaurant de l'hôtel, nous faisons la connaissance de Clotilde et Mathieu, deux Français aidant bénévolement les gérants du restaurant et de l'hôtel où nous sommes.

Vendredi 27 mai, nous nous levons tôt le matin dans l'idée de partir en trek dans le canyon. Mais durant le petit déjeuner, nous rencontrons une famille de Français en tour du monde. Ils viennent de faire trois jours de balade dans le canyon et nous racontent leurs impressions et partagent leurs bons plans pour les hébergements.

À notre grande surprise, ils habitent tout juste à quelques kilomètres des parents de Jerome et ont donc des amis en commun.

Nous nous installons à table avec eux le temps du petit déjeuner et le temps passe... Le rendez-vous est pris pour un petit apéro cet été!

Nous discutons également avec d'autres personnes venant de finir leur trek. Chacun donne ses conseils.

Bon, pour finir, la matinée est déjà bien avancée, nous ne partirons pas aujourd'hui!! Nous préférons attendre une journée de plus afin de pouvoir faire notre balade en compagnie de Clotilde qui finit sa semaine de bénévolat.

L'après-midi, nous partons nous balader dans les environs du village pour aller voir les points de vue.

C'est joli, mais l'appellation "canyon" c'est quand même une belle arnaque!! Ça ressemble plus à une belle vallée... Par contre, il y a bien une oasis et ça, c'est surprenant!

Nous restons un moment à contempler le paysage.

Sur le retour vers le village, nous sommes ralentis par un groupe de fermier essayant de guider un troupeau de moutons. Nous les suivons un moment, ne pouvant pas les dépasser! Nous sommes au fin fond du Pérou ici, la vie est tranquille!

Environs de Cabanaconde - vue sur le canyon
Environs de Cabanaconde - vue sur le canyon
Environs de Cabanaconde - vue sur le canyon
Environs de Cabanaconde - vue sur le canyon

Environs de Cabanaconde - vue sur le canyon

Samedi 28, cette fois c'est bon, nous partons nous balader dans le canyon! Nous nous donnons rendez-vous avec Clotilde pour le petit déjeuner à 9h.

Nous allons nous le faire tranquille!!

Le premier jour, nous descendons simplement au fond du canyon, dans l'oasis de Sangalle. Sur le chemin, nous discutons beaucoup. Nous mettons 3h pour atteindre l'oasis en descendant 1000 m de dénivelé. Le chemin est quand même assez abrupt et surtout ce ne sont que des cailloux et du sable et nous dérapons facilement...

Une fois en bas, nous ne cherchons pas longtemps et nous nous posons là où nous arrivons, c'est mignon tout plein, tout vert et il y a une belle piscine.

Nous commandons chacun un truc à boire et nous passons l'après-midi à discuter.

Par contre, c'est un coin touristique. Le soir, c'est la cantine, chacun a le droit à un bol de soupe, un plat de pâte et un thé... Ça manque de charme pour l'endroit c'est dommage!

Oasis de Sangalle, au coeur du canyon
Oasis de Sangalle, au coeur du canyon
Oasis de Sangalle, au coeur du canyon
Oasis de Sangalle, au coeur du canyon

Oasis de Sangalle, au coeur du canyon

Dimanche 29 mai, nous remontons sur l'autre versant du canyon en passant par le village de Malata. Autre angle de vue du canyon. Les paysages ne sont pas très colorés, mais c'est sympa. Nous poursuivons notre route jusqu'à Tapay.

Un tout petit village perché sur le flanc de la montagne. Là-bas, pas un véhicule à moteur. Le village est tout en pierre et fait de petites ruelles. Il y a un seul endroit où nous pouvons manger chez un vieux couple.

Lorsque nous arrivons, la dame nous dit qu'elle n'a rien préparé... Ha ben oui ce n’est pas un restaurant et il n'y a pas foule!!

Mais comme nous avons faim et que nous avons mis du temps à venir jusqu'à chez elle, elle nous dit qu'elle peut nous préparer une petite salade d'avocat, genre un truc vite fait!!

Bien sûr, nous acceptons avec plaisir en lui disant que ça ira très bien!

Au final, nous avons presque mangé comme des rois! Nous avons eu droit à un morceau d'alpaga avec du riz et une salade de tomates et d'avocat aux petits oignons, le tout avec une carafe de chicha morada, cette fameuse boisson à base de maïs noire. Bref, pour un repas vite fait c'était très bien!

Nous restons là un moment à profiter du soleil et de la chaleur sur leur terrasse et à discuter avec eux. Un bon moment de détente très agréable.

En milieu d'après-midi, nous reprenons notre marché et nous redescendons vers le fond du canyon pour rejoindre San Juan de Chucho et plus précisément la Casa de Roy dont tout le monde en dit du bien.

La descente est galère, il faut y aller en douceur pour ne pas déraper et se retrouver par terre...

De Sangalle à Tapay
De Sangalle à Tapay
De Sangalle à Tapay
De Sangalle à Tapay
De Sangalle à Tapay
De Sangalle à Tapay

De Sangalle à Tapay

Lorsque nous arrivons à la casa de Roy, nous comprenons pourquoi les gens apprécient tant, l'accueil est plutôt sympa. La patronne est pleine d'humour et le contact avec elle est facile. Nous sommes également accueillis par miski, l'alpaga qui ne veut pas que nous l'approchions trop, attention aux crachats!

Nous faisons alors la connaissance de trois copines quinquagénaires françaises avec qui nous partageons le repas du soir à la bougie!

Si des panneaux solaires alimentent certaines maisons en électricité, ici c'est à l'ancienne!

Misky 1

Misky 2

Lundi 30 mai, dernier jour de randonnée. Nous nous levons tôt (5h du matin) pour remonter jusqu'à Cabanaconde avant que le soleil ne soit trop fort.

Vue d'en bas, une grosse montée bien rapide nous attend et ensuite, une montée plus douce.

Mais sur le moment, ça monte tout le temps!! Effectivement, la première heure et demie monte sec. Mais ensuite, c'est une alternance de montée plus douce avec une montée plus raide... Bref, ça se fait quand même bien, en trois heures nous arrivons à Cabanaconde.

Nous avons même le temps de nous prendre un dernier petit déjeuner à l'hôtel avant de reprendre le bus.

En remontant vers Cabanaconde
En remontant vers Cabanaconde
En remontant vers Cabanaconde
En remontant vers Cabanaconde
En remontant vers Cabanaconde
En remontant vers Cabanaconde

En remontant vers Cabanaconde

Notre prochaine étape est de rejoindre le lac Titicaca. Mais nous n'avons pas le courage de faire toute une après-midi de bus et une bonne partie de la soirée.

Dans le bus, nous sympathisons avec les voisins de devant, de dernière et de l'autre rangée. Pour finir, nous décidons de retourner à Arequipa pour la nuit, ce qui nous permettra de boire un dernier verre avec Clotilde avant que tout le monde ne reprenne sa route.

En arrivant à Arequipa, nous proposons aux autres passagers du bus avec qui nous avons sympathisé durant le voyage de se retrouver pour se faire un resto ensemble.

Ce sera chose faite dans une bonne pizzeria d'Arequipa, un agréable moment de convivialité.

Sur a route vers Arequipa
Sur a route vers Arequipa
Sur a route vers Arequipa
Sur a route vers Arequipa
Sur a route vers Arequipa

Sur a route vers Arequipa

Retour à l'accueil