Jeudi 19, nous partons vers le Machu Picchu. Nous avons réservé 3 jours plus tôt auprès d'une agence le transport jusqu'à la centrale hydroélectrique. L'homme qui avait enregistré notre réservation nous avait dit d'être présents ce matin même devant l'agence à 7h30 sans faute, en précisant qu'ils avaient l'habitude de partir tôt...

Comme nous sommes ponctuels, jeudi matin, nous arrivons donc sans faute à 7h30 à l'agence. Nous trouvons tout fermé et il n'y a personne d'autre qui attend... Bon, pas d'inquiétude, nous attendons un peu. Puis encore un peu plus... Mais toujours rien.

Au bout d'un moment, quand même, nous nous impatientons. Nous ne voudrions pas rater notre séjour au Machu Picchu et si nous ne partons pas aujourd'hui, nous perdons notre droit d'accès au site, qui plus est coûte 45 euros par personne!! Nous allons nous renseigner auprès de la caissière du magasin voisin. Celle-ci nous dit que tout est normal, qu'ici à Cusco, les agences ont toujours au moins une demi-heure de retard... Nous voilà à demi rassurés, mais aussi du coup à demi énervé! La prochaine fois que l'on nous parlera de ponctualité, nous saurons quoi leur répondre!!!

Mais nous comprenons aussi qu'en fait ils sont en train de récupérer tous les autres participants à leur hôtel alors que nous, on nous avait dit de nous présenter à l'agence...

Bref, nous attendons encore un peu, même si la pression commence à monter dans les tours!

Comme nous ne voyons toujours rien venir, nous demandons à nouveau à la caissière de leur passer un coup de fil pour savoir ce qu'il se passe. On lui répond au téléphone qu'ils seront là d'ici 5 minutes... OK, au moins ils savent que nous attendons alors on va s'armer de patience! Mais 5 minutes plus tard, le téléphone sonne à nouveau et cette fois-ci, ils nous demandent de les rejoindre à un point de rendez-vous à la sortie de la ville avec un taxi.

Alors la, c'est du foutage de gueule, ça fait 45 minutes que nous attendons ils nous avaient bien oubliés! On notera leur sérieux de l'agence ...

Bref, nous prenons le taxi tout en notant bien que ça sera à l'agence de payer la course.

Lorsque nous arrivons au point de rendez-vous, nous n'avons pas un seul mot d'excuse et en plus il faut insister 4 fois pour qu'ils nous remboursent la course du taxi... La journée commence vraiment mal! L'organisation semble pitoyable, nous attendons encore au moins 20 bonnes minutes avant de partir...

 

Avec le retard pris, notre chauffeur roule comme un malade. Nous manquons de justesse d'avoir un accident dans la première demi-heure de route.

Nous nous arrêtons en fin de mâtiné dans une auberge-restaurant pour que ceux qui le veulent prennent un petit déjeuner.

L'endroit est agréable et il fait soleil. Jerome en profite pour faire un peu plus connaissance avec son voisin de siège:un Coréen du sud.

Alors que tous les autres groupes reprennent la route, nous, nous devons attendre encore, car il semble qu'il y ait un souci mécanique sur notre bus et donc on en attend un nouveau...

Nous reprenons notre route avec un rythme aussi effréné, moi je me force à ne pas regarder le ravin par la fenêtre, il me paraît vraiment très prêt et est vraiment très profond... D'ailleurs, personne n'est rassuré dans le bus, tout le monde se cramponne, il est impossible de dormir nous sommes baladés dans tous les sens!

Avec le retard que nous avons pris, nous nous retrouvons bloqués, car la route a été fermée pour cause de travaux... Nous prenons une déviation, encore plus étroite que la route que nous suivons jusqu'à maintenant, je vous laisse imaginer les croisements avec les autres voitures...

Nous nous arrêtons rapidement dans un restaurant pour manger (il est quasiment 16h) puisque le repas du «midi» était prévu dans le transport. Là le chauffeur nous presse alors qu'ils sont totalement responsables d'avoir merdé du début à la fin, d'avoir pris les choses à la rigolade ce matin et de ne même pas avoir eu un mot d'excuse pour nous (a ce moment, nous regrettons fortement d'avoir payé l'intégralité de la prestation).

 

Nous parvenons enfin à notre destination tout juste 40 minutes avant la fermeture du comptoir d'enregistrement pour l'accès au site...

Sauf que là nous sommes seulement à la centrale hydroélectrique et que nous devons marcher deux à trois heures (11 km en tout) le long de la voie ferrée pour rejoindre le village d'Agua Calientes, point de départ pour le Machu Picchu.

Avec le retard que nous avons pris, il nous reste moins d'une heure avant que la nuit ne tombe et comme il n'était pas du tout prévu de marcher de nuit, nous n'avons pas de lampe de poche...

Bref, c'est la merde, et en plus le chauffeur de bus à la mauvaise fois de nous dire que c'est quasiment l'heure normale.

Nous marchons d'un pas très rapide pour avoir le moins possible à marcher de nuit. Il n'y a pas vraiment de chemin le long de la voie ferrée la plupart du temps, nous devons même marcher directement sur les rails...

Heureusement, Jerome à son téléphone à moitié chargé. Au bout d'un moment, nous n'avons plus le choix, il fait trop sombre pour marcher sans lumière.

Nous parvenons enfin à rejoindre le village 2 heures plus tard, pas mécontents de retrouver la lumière, on s'en souviendra de ce trajet!!

Le seul point positif c'est qu'avec la tombée de la nuit, nous n'avons pas eu trop chaud et les montagnes sont encore plus impressionnantes lorsqu'elles sont sombres.

Nous ne nous en étions pas rendu compte, mais en fait nous avons contourné à pied les montagnes sur lesquelles le Machu Picchu a été construit.

 

Lorsque nous arrivons à Agua Calientes, une ambiance particulière règne ici. On appelle cette ville la Chamonix péruvienne et c'est vrai qu'il y a un peu de ça. Le village est constitué à 90 % d'hôtel et de restaurant. Il y a également énormément de touristes (au moins 2500 par jour, quotas d'entrée du site).

Mais en dehors de ça, dans la rue, il n'y a pas de voiture, juste cette voie ferrée, ça change une ville! Moi j'aime beaucoup.

Nous trouvons un hôtel très rapidement alpagué par un homme qui nous en propose un prix correct. Il est tard, nous avons faim, s'il y a de l'eau chaude nous de chipotons pas!!

 

Nous faisons attention à ce que nous mangeons depuis un moment pour ne pas être malades. Mais malgré ça, ça ne loupe pas. J'espérais au moins ne pas être malade pour le Machu Picchu, mais depuis deux jours, tout ne roule pas niveau digestion (ben oui, si ce n’est pas l'un c'est l'autre^^). Dans la nuit, ce qui devait arriver arriva, je me retrouve la tête dans les toilettes à rende mon repas... Au moins, ça aura eu l'effet positif de me guérir, les bactéries ont dû partir en même temps que la pizza du soir parce qu'à partir de là tout est allé beaucoup mieux!

Vendredi matin, nous prenons notre temps pour nous réveiller. Et pour le coup, nous nous sentons bien tous les deux

En général, les gens se précipitent tous à 4h du matin pour être les premiers sur le site, ce qui est totalement idiot parce que tout le monde à la même idée^^ nous, nous nous levons tranquillement à 7h.

Nous faisons nos fainéants et décidons de monter en bus jusqu'à l'entrée du site... À cette heure-ci, nous n'avons pas besoin d'attendre 1h le bus, il y a moins de monde, ça défile.

 

Premiers pas sur le site
Premiers pas sur le site
Premiers pas sur le site

Premiers pas sur le site

Lorsque nous avions pris les billets d'entrée du site, le quota pour le Wayna Pickup était déjà atteint (500 personnes par jour), du coup nous avions pris l'accès à la montagne Machu Picchu, qui est au final plus haute que le Wayna Picchu de 500 m.

Nous décidons de commencer par l'ascension du mont Machu Picchu pour avoir une vue d'ensemble et de faire la visite du site en milieu d'après-midi quand il y aura moins de monde.

Vu d'en bas, ça fait quand même haut! C'est parti pour plus de 2000 marches à grimper sur environ 1000 m de dénivelé. Nous mettrons 1h15 au lieu des 2h, normalement indiquées. Ça va, nous sommes jeunes et entraînés maintenant^^ sur la fin, les marches deviennent très étroites, il faut même les monter de travers et la pente est très raide.

Des marches et encore des marches... Il y en a partout et sur tous les sites. Ils devaient avoir de sacrés cuisseaux et fessiers ces Incas!!

Au fur et à mesure que nous prenons de l'altitude, le site archéologique s'éloigne de nous, mais nous le découvrons alors dans son environnement.

Une pure merveille...

Des marches, encore des marches !
Des marches, encore des marches !
Des marches, encore des marches !

Des marches, encore des marches !

Nous nous y attendons un peu, mais vraiment c'est splendide! Pas tant le site en lui-même, mais plus les montagnes environnantes. Nous avons une chance inouïe, le temps est resplendissant! Nous avons droit à un ciel bleu foncé et un soleil à faire rougir nos frimousses d'Européens.

Une fois là-haut, sur notre montagne, nous prenons notre temps. Nous nous asseyons et contemplons. Un paysage comme celui-ci pourrait être contemplé pendant des heures et des heures. L'avantage c'est que d'ici, nous ne voyons plus les touristes sur le site, ce qui nous permet de faire des photos comme s'il n'y avait personne

Nous en profitons également pour trouver d'autres Français qui souhaitent faire une visite guidée du site afin de diviser les frais. C'est ainsi que nous faisons la rencontre d'un couple suisse venant tout juste de quitter la Guyane après avoir vécu plusieurs années à Kourou! Quelle coïncidence, nous ne nous étions jamais rencontrés, et pourtant, Kourou c'est petit!

Nous restons donc un moment là à discuter puis nous nous donnons rendez-vous un peu plus tard à l'entrée du site pour missionner un guide en français.

La descente n'est pas forcément plus facile que la montée. Surtout les débuts... Moi qui n'ai pourtant pas le vertige habituellement, je ne me sens pas forcément à mon aise et prends bien mon temps pour descendre. Il n'y a aucun garde-corps et j'ai devant moi de minuscules marches qui s'en suivent, créant une pente presque vertigineuse et sur le côté droit:le précipice !! Ils étaient fous ces Incas!

Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu
Vue depuis la montagne Machu Picchu

Vue depuis la montagne Machu Picchu

En une heure, nous sommes à nouveau de retour sur le site archéologique. Le temps de faire une pause pique-nique (galette fajitas et Philadelphia, un festin^^), nous retournons à l'entrée du site retrouver nos amis guyanais. En moins de 15 minutes, nous constituons un groupe de 9 francophones pour faire une visite guidée en français. À 9, cela revient à environ 6,5 euros la visite par personne, ça va, nous avons sauvé les meubles!

Le guide nous raconte quelques anecdotes sur le site et nous apprend le peu (très peu) de choses que nous savons sur ce site et sur les Incas. La visite dure deux heures et est très intéressante. Même si, avec le recul et nos lectures postérieures, nous mettons en doute certains des propos du guide, nous passons un très bon moment et repartons de là avec la sensation d'avoir un nouveau "top 5" de notre voyage!!

La descente à Agua Calientes, nous la faisons à pied cette fois-ci (ben oui, il ne faut pas exagérer quand même! Le bus, c'est pour les vieux et les riches ^^).

Nous mettons quasiment une heure pour descendre et rejoindre notre hôtel.

Après une bonne douche chaude bien méritée, nous retrouvons nos amis guyanais qui sont au même hôtel que nous pour aller manger ensemble au restaurant.

Nous passons une agréable soirée.

Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu
Ruines Machu Picchu

Ruines Machu Picchu

Samedi 21 mai, une longue journée nous attend pour retourner sur Cusco.

Nous partons le matin de Agua Calientes pour rejoindre à pied la centrale hydroélectrique où attendent tous les bus.

Mais cette fois-ci, nous le faisons vraiment tranquillement, nous prenons notre temps. Nous croisons plusieurs trains pendant notre balade et nous réalisons alors qu'heureusement il n'y en a pas eu lors de notre marche de nuit à l'aller.

D'autant plus qu'il y a quelques tunnels à passer et qu'il est indiqué sur des panneaux qu'il est interdit d'y pénétrer à pied ,sauf qu'il n'y a pas de chemins alternatifs indiqués...

En réalité, il faut passer en contre bas du village pour le dernier kilomètre, mais si personne ne vous le dit durant le chemin aller, de nuit vous ne risquez pas de le voir!

Bref, de jours, pas de soucis, nous avons le temps de voir le train arriver et surtout de l'entendre pour se mettre à l'écart comme nous le pouvons !

En route vers a centrale hydroélectrique
En route vers a centrale hydroélectrique
En route vers a centrale hydroélectrique

En route vers a centrale hydroélectrique

Rester bien au bord !!

Lorsque nous arrivons au point de rendez-vous de tous les bus, il y a beaucoup de monde et ça semble encore être la désorganisation totale. Personne ne sait dans quel bus il doit monter.

Nous finissons par trouver le notre, et nous installons devant. Ce sont des rangés de trois sièges, Jerome s'installe prêt de la fenêtre, moi à côté de lui, et à côté de moi s'installe... un jeune énergumène qui s'affale sur son siège et s'endort en moins de 10 secondes, le début d'un long trajet...

Ce jeune semble être totalement épuisé comme s'il n'avait pas dormi depuis plusieurs jours, à tel point qu'il ne se tient même plus et tombe complètement sur moi, mon épaule en guise de coussin et bouche ouverte... Un superbe moment! Au début, je gesticule un peu pour le réveiller, nous ne sommes pas intimes et j'apprécierai qu'il mette une distance entre sa bouche de laquelle sort un filet de bave et mon épaule!! Mais sans succès il finit toujours par retomber sur moi et c'est qu'il est lourd à supporter!

Vu son état, ce n'est pas qu'une simple histoire de manque de sommeil ni de grosse cuite (il ne sent absolument pas l'alcool). Non, nous pensons plutôt qu'il a voulu essayer une petite drogue locale, peut-être un truc de chaman et la descente est redoutable pour lui.

Avec ce qu'il me fait supporter depuis 1h30, nous n'avons pas trop de scrupules à nous moquer de lui, d'ailleurs mon mal-être semble faire rire aussi les passagers de derrière ^^

Au fur et à mesure que nous avançons, les virages deviennent de plus en plus accentués et s'enchaînent les uns avec les autres. Sans s'en rendre compte, mon voisin se fait balloter à droite et à gauche tout en continuant à se baver dessus, incapable de se tenir. Nous le sentons venir, il va finir par tomber dans l'aller... Ça ne passe pas loin une première fois, mais le passager de dernière le rattrape de justesse.

La fois d'après, ça ne loupe pas, il tombe dans l'aller et rend hilare tout le bus. Pour autant, cela ne le perturbe pas, il se rassoit aussi tôt et se rendort...

Après une petite pose, Jerome lui laisse sa place pour qu'il puisse reposer contre la fenêtre. Nous poursuivons alors la route au rythme de sa tête qui cogne contre la fenêtre à chaque virage... Même le chauffeur en sera mort de rire!

Au moins, il nous aura divertis pendant le trajet! Nous arrivons aux environs de 22h à Cusco. Nous finissons la journée au restaurant avec 3 Français avec qui nous avons sympathisé durant le trajet.

avant

avant

Apres !

Dimanche , nous ne faisons rien de spécial, nous commençons à organiser la suite de notre voyage avec notre arrivée au Canada.

Lundi 23 mai, nous voulions prendre un bus pour rejoindre Arequipa, mais finalement le bus de nuit était bien plus avantageux. Pour le même prix qu'une nuit dans notre hôtel à Cusco, nous avons le voyage en bus plus le repas du soir et le petit déjeuner. Nous partirons donc en bus dans la nuit de lundi à mardi.

Retour à l'accueil